En termes de formulation plastique, de couleur et de structure en surface, le béton offre de vastes possibilités créatrices. C’est ce large éventail de solutions qui nous intéresse. Pour nos projets, nous recourons d’une part à la précision acérée que peuvent produire, en Suisse particulièrement, les artisans hautement qualifiés. D’autre part, nous jouons aussi avec les paradoxes: de par son façonnement et ses propriétés tactiles, le béton dur et massif peut exprimer une texture sensuelle.

Emanuel Christ & Christoph Gantenbein
Architectes
Christ & Gantenbein

SÉCURITÉ

Le béton ne brûle pas, mais protège au contraire contre des radiations. Il offre une bonne isolation phonique et accroît la résistance des constructions aux séismes.

Le béton – polyvalent et utile – marque les paysages comme les âmes de façon durable. Car toute construction, issue de la pierre et de l’esprit, peut être érodée, broyée et redevenir construction.

Köbi Gantenbein
Rédacteur en chef de «Hochparterre»

Le béton est un matériau de construction polyvalent réunissant de façon idéale les aspects fonctionnels et esthétiques.

Hubertus Adam
Journaliste et historien de l’art

Le béton est un matériau de construction
comme d’autres qui, toutefois, parvient à refléter
l’«inconscient » – pour reprendre Philipp

Ursprung – et la typicité de la Suisse. Dans notre

biographie professionnelle, le béton préfabriqué

est devenu un élément constitutif de nos

recherches et de nos réalisations; nous apprécions

le béton, il correspond aussi à notre recherche

de franchise par l’effet de sa structure, de sa

matérialité et de sa surface.

Bruno Krucker
Architecte
von Ballmoos Krucker Architekten

En principe, il est possible d’imaginer des bâtiments dont l’idée essentielle ne provient pas du lieu, qui ne se conçoivent pas comme réaction au lieu, mais qui proviennent d’une idée. Le béton est presque toujours le seul matériau permettant de concrétiser de telles idées.

Valerio Olgiati
Architecte

Il est difficile de délaisser le béton. C’est la bête de somme parmi les matériaux de construction: un matériau utilisable pratiquement partout et qui, par conséquent, est utilisé fréquemment. Dans cette fonction omniprésente, il a remplacé la pierre de laquelle il reprend de nombreuses propriétés, plus quelques autres qui sont très pratiques.

Andreas Sonderegger
Architecte, pool Architekten

Pour moi, un bâtiment est durable lorsque non seulement il consomme peu d’énergie, mais qu’en plus il vaut simplement la peine de le construire – parce qu’il plaît à beaucoup de monde, parce qu’il a une importance architectonique, parce qu’il possède une valeur qui fait que l’on souhaite pouvoir le conserver pour toujours. C’est précisément la résistance du béton qui rend ce matériau intéressant pour des bâtiments destinés à durer.

Christian Kerez
Architecte, professeur d’architecture
et de conception EPF Zurich

A nos yeux le béton a essentiellement une connotation positive parce que, en tant que matériau, il peut être utilisé aussi bien de façon purement utilitaire que comme moyen de conception. En plus de ses qualités fonctionnelles, le béton a aussi des qualités visuelles et tactiles.

Daniele Di Giacinto
Architecte, :mlzd Architectes

ADAPTABILITÉ

Par sa solidité, le béton prolonge la durée des immeubles. Les maisons construites en béton peuvent être facilement transformées, ce qui ménage les ressources naturelles.

Nous souhaitons davantage d’options en matière de
coffrage (abordables) afin
que les qualités plastiques
du béton puissent mieux
être mises en valeur.

Adrian Berger et Lukas Huggenberger
Architectes, huggenbergerfries

Ce qu’on associe au béton
est très subjectif. Souvent,
l’ensemble des constructions
d’après-guerre est cité
comme référence négative.
Ceux qui connaissent des
constructions dans lesquelles
le béton a été utilisé de façon
créative et intelligente sont
généralement enthousiasmés
par le résultat.

Raphaël Nussbaumer
Architecte

Le béton est un matériau universel, pour les exercices imposés comme pour les figures libres. En tant que «bête de somme», il rend des services universels, en restant souvent invisible ou inaperçu. Mais lorsqu’un architecte façonne le béton avec sensibilité et savoir-faire, ce matériau se place au premier plan et devient élément principal.

Caspar Schärer
Architecte et journaliste

En soi, le béton n’existe pas, puisqu’il

ne prend forme qu’en étant coulé dans

un coffrage. Ce n’est alors pas lui-même

qu’il montre, mais il affiche – par

imitation – la structure et la matérialité

du coffrage. Comme pierre artificielle

issue de matières naturelles, on choisit

son effet entre brut et noble, sa

perception entre archaïque et raffinée.

Un béton façonné avec amour caresse

les yeux et les détend. C’est surtout en

association avec d’autres matériaux

que le béton développe des valeurs

presque alchimiques.

Lorenzo Giuliani
Architecte, giuliani.hönger

CLIMAT AMBIANT

Le béton offre plus de confort aux habitants. Son inertie thermique permet d’installer des surfaces vitrées plus grandes, ce qui laisse entrer davantage de lumière naturelle.

Le béton est riche en
possibilités, mais on oublie
souvent qu’il est unique.
Il est toujours nouveau.
C’est pourquoi le
décoffrage est le plus beau
des moments: on voit à
chaque fois apparaître une
oeuvre nouvelle.

Stefan Bischof
Ingénieur en génie civil et
technologue du béton

Comme matériau de construction, le béton a de nombreuses facettes. Je m’intéresse particulièrement à sa performance technique, à la possibilité de créer une structure portante afin de définir des espaces. Dans ce  sens, je m’intéresse davantage au potentiel conceptuel de ce matériau qu’à ses propriétés sensuelles.

Christian Kerez
Architecte, professeur d’architecture et de
conception EPF Zurich

Il est comme le bronze: un alliage
très résistant qu’on ne peut manier
qu’en le coulant. Des millénaires plus
tard, on l’extrait d’une fouille ou
du fond de la mer. Paradoxalement,
quand il m’arrive de voir certains
bunkers du mur de l’Atlantique que
Paul Virillo a photographiés, je me
dis que le béton est un matériau
écologique tant ces blocs renversés
dans le sable, rongés par les vagues
et couverts de varech sont devenus
organiques.

Charles Pictet
Architecte

Entre les mains d’ingénieurs
et d’architectes remarquables,
le béton a écrit un chapitre

de l’histoire de la construction

des XIXeet XXe siècles.

Appliqué de façon incorrecte

et irresponsable, il a aussi

participé à une destruction de

l’environnement sans

précédent. Le premier résultat

n’est pas son mérite, le second

pas sa faute.

Vittorio Magnago Lampugnani
Architecte, professeur d’histoire
de l’urbanisme EPF Zurich

Il faut aimer le béton pour en faire quelque chose de beau. L’architecture a plus affaire avec l’amour que nous voulons bien l’admettre.

Benedikt Loderer
Journaliste

EFFICACITÉ

Le béton peut être mis en oeuvre partout, coulé sur chantier ou livré sous forme d’éléments fabriqués en usine.

Dans un monde qui se dématérialise et qui se dilue de plus en plus dans des signes abstraits, le matériel, le rudimentaire a tendance à devenir subversif – parce qu’il émeut, parce qu’il résiste, parce qu’il possède une temporalité. C’est pourquoi j’aime l’utilisation rudimentaire du béton: cette utilisation rocailleuse, brute, sculpturale, qui se perd partiellement par le coulage, tout en faisant apparaître les aspects physiques de ce merveilleux matériau.

Stefan Rotzler
Paysagiste
Rotzler Krebs Partner

Dans mes sculptures, je ne cherche pas l’idéal, ni même le grandiose ou l’universel, je cherche plutôt l’exemplaire et le possible. Je décris des personnages et des scènes du quotidien. C’est pourquoi le béton est ma matière. Le béton est omniprésent. Le béton est fonctionnel et économique. Un simple mélange de gravier, de sable, de ciment et d’eau. Brut, dur et froid – au regard comme au toucher.

Nick Röllin
Artiste

Aujourd’hui, dans l’architecture, le béton est souvent identifié à des «blocs» monolithiques, sculpturaux, et le béton armé est considéré comme un matériau «archaïque » alors qu’il est en fait un produit des temps modernes. Du «béton brut» – popularisé par Le Corbusier – au brutalisme, il n’y a qu’un pas.

Manuel Pestalozzi
Journaliste

J’ai tendance à insister sur
l’impression pierreuse du béton.
S’il a un effet artificiel, taillé et
poli, alors je ne vois pas son utilité
comme matériau. Parce que c’est
de la pierre que j’ai devant les yeux
et pas un ,matériau artificiel. C’est
pourquoi les propriétés spéciales
supplémentaires du béton ne
m’intéressent pas vraiment.

Peter Märkli
Architecte, professeur d’architecture
et de construction EPF Zurich

Le béton bénéficie d’une
diversité passionnante et
dispose d’un potentiel
créatif énorme. Les
développements récents
ont permis de le détacher
de sa torpeur créatrice
pour l’animer au jeu entre
la statique et la dynamique.

Armand Louis
Architecte, Atelier Oï

Le béton est un matériau socialement acceptable qui ne permet pas d’exercer de pouvoir parce qu’il existe partout en quantités astronomiques et à un prix abordable. Les pierres taillées à la main des anciennes maisons de Berne ou de Saint-Gall ont uniquement pu être travaillées de cette façon parce que les tailleurs de pierre ne gagnaient alors qu’un salaire parfaitement dérisoire par rapport aux richesses dont disposaient les bourgeois qui faisaient construire ces bâtisses.

Hansjürg Leibundgut
Professeur de technique du bâtiment EPF Zurich

A mon sens, le béton n’est pas assez respecté du public, car il est trop résistant avec les architecte et les ingénieurs qui le traitent mal.

Charles Pictet
Architecte

Au cours des 20 dernières
années, le béton a suivi
une gigantesque évolution
et a su s’établir chez nos
clients comme dans l’univers
de l’architecture et du
design. Le béton a acquis
ses titres de noblesse.
Du blockhaus, il est passé
au salon.

Aurel Aebi
Architecte, Atelier Oï

Pour les ingénieurs, le béton est un matériau intéressant parce qu’il est utilisable pour tout. Pour les architectes, il est passionnant parce qu’applicable pour toute forme conceptuelle. De plus, c’est un matériau avantageux.

Patrick Gartmann
Ingénieur et architecte
Conzett, Bronzini, Gartmann

Le béton est caractérisé par sa durabilité et sa facilité d’entretien, qu’il faut mettre en balance avec les dépenses en termes de ressources. Dans le domaine de la structure primaire, le béton est certainement le matériau privilégié qui peut, dans des conditions spécifiques, directement façonner l’expression d’espaces et de bâtiments. Lorsqu’il concerne les façades, nous sommes convaincus que le béton a encore un avenir comme paroi extérieure (préfabriquée) s’il est associé à de meilleurs matériaux d’isolation.

Thomas von Ballmoos
Architecte
von Ballmoos Krucker Architekten

FONCTIONNALITÉ

On peut varier la densité donnée au béton. Des revêtements perméables évitent que le sol soit rendu étanche et contribuent ainsi à maintenir le circuit naturel de l’eau. D’un autre côté, un béton étanche retient l’eau de la nappe phréatique, ce qui permet notamment de garder les caves au sec.

Le béton est aujourd’hui un des

principaux matériaux de

construction. Il offre aux

architectes une vaste liberté

créative et une large gamme

d’applications possibles.

Le potentiel du béton est si

grand qu’il stimule sans cesse

le plaisir des architectes à

tenter des expériences.

Pia Durisch & Aldo Nolli
Architectes
Durisch + Nolli

Nous apprécions les profondes traces

artisanales qui subsistent sur les

applications du béton. Il n’est pas

d’autrematériau de construction qui

permette des mises en oeuvre aussi

différenciées que le béton, tout

en ayant des propriétés statiques

aussi précieuses.

Daniel Buchner & Andreas Bründler
Buchner Bründler Architekten



A l’encontre de «l’adieu aux cotes» proclamé par l’architecture moderne, nous sommes d’avis que les cotes et les poids sont encore une qualité dans l’architecture actuelle. A l’intérieur, tous les éléments créateurs d’espace – les sols, les murs, les vitres, les appuis et les plafonds – peuvent aujourd’hui être exécutés de manière monolithique en béton. Ils créent ainsi une structure spatio-plastique où l’on n’arrive plus à distinguer les fonctions de support des fonctions de séparation, permettant ainsi de créer un espace homogène et une interaction spatiale sans séparations. La structure primaire brute saisit puissamment et complètement l’espace, le béton abrite et protège les habitants et les utilisateurs.

Christian Hönger
Architecte, giuliani.hönger

 Les possibilités de façonner la surface du béton sont quasi illimitées: le béton peut être bouchardé, traité à l’acide, teint, coffré dans des lames de bois brut ou des panneaux lisses, décapé à la flamme, sablé, lissé, lasuré, enduit, nervuré, brossé, poli, poncé, piqué, cassé, structuré, (finement) lavé ou imprimé – plus toutes les combinaisons de ces différentes possibilités.

Franz Aeschbach
Architecte
Bob Gysin + Partner BGP

 

 C’est le rapport intuitif et émotionnel au matériau et l’expérimentation entre
les échelles et les matériaux qui nous caractérisent. Par le processus passant de la masse liquide et dynamique au volume rigide, le béton offre d’innombrables possibilités de conception et se révèle donc aussi attrayant que polyvalent.

Patrick Reymond
Architecte, Atelier Oï

Le béton séduit par
ses avantages statiques,
notamment par la
sécurité qu’il offre en
cas de tremblements
de terre.

Urs Sigrist
Architecte,
Atelier art+architektur

Le béton est un matériau ancien
et traditionnel qui reste en même
temps moderne et innovant. Avant
traitement, il n’est ni laid ni beau.
C’est l’être humain qui le forme et
le façonne. Depuis toujours, les
architectes et les ingénieurs se sont
inspirés de la malléabilité de ce
matériau. Il en est résulté des
bâtiments importants, significatifs et
permanents.

Dr. Peter Lunk
Ingénieur en génie civil

Nous considérons le béton comme un matériau durable. Ses propriétés lui permettent d’être pérenne. Sculpté pour être en harmonie avec son environnement, architecturé pour se lier à l’histoire d’un lieu, il pourra s’inscrire dans la mémoire collective.

Jean-Claude Frund
Architecte, frundgallina

Les architectes n’aiment
pas l’admettre, mais le
béton satisfait leur désir
de permanence, comme
ils ont appris à le dire
avec Rossi. Ce que nous
pourrions traduire par
survivre.

Benedikt Loderer
Journaliste